OpenMedia MCGILL à Gatineau pour le début des audiences du CRTC

crtc-piac-take-1.jpg
Left to Right: Back Row – Jean-François Leger, John Lawford, Emily Hutchinson, Janet Lo, Jessika-Kina Ouimet, Michael D’Alimonte, Maddie Daly. Front Row – Geneva Nam, Stella Habib, Alex Esenler

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a tenu, hier matin à Gatineau, la première journée de ses audiences publique pour la négociation de nouvelles réglementations des opérateurs de téléphonie mobile.

Les procédures ont commencé en avril dernier, dix ans après les dernières interventions du CRTC sur les règlementations des téléphonies cellulaire. À cette époque, le conseil affirmait : « ne pas réglementer les tarifs, la qualité du service et les pratiques commerciales des fournisseurs des services sans fil, car le marché pour ces services est suffisamment concurrentiel.»

Cependant, après une révision des conditions actuelles de ces services, le CRTC est venu à la conclusion que : « l’industrie des téléphonies mobiles a fait preuve de plusieurs changements», selon la dirigeante principale de la consommation du CRTC, Barbara Motzney. Elle ajoute que : « La compétition est un facteur clé certes, cependant le besoin flagrant se pose sur le manque de clarté et contenu des contrats de téléphonie cellulaire.»

Le chef de la direction de l’Association canadienne des Télécommunications sans fil (ACTS), Bernard Lord, ressortait les mêmes termes que le CRTC « les consommateurs ont besoin d’outils additionnels pour mieux comprendre leurs droits élémentaires». L’ACTS et le Centre pour la défense de l’intérêt publics (CDIP), tous deux présents pour témoigner aujourd’hui, s’entendent sur plusieurs clauses. Selon les deux organisations, le CRTC devrait établir un seul code de conduite national obligatoire sur le sans-fil, le droit des consommateurs d’annuler leurs services en tout temps et le renouvellement de contrats ne devrait se faire qu’au mois.

De plus, l’ACTS suggère «un plafonnement obligatoires afin que les consommateurs soient avertis lorsqu’ils approchent certaines limites de services préétablies, et que leur service soit interrompu».
La principale requête des consommateurs serait l’abolition du contrat obligatoire de trois ans. En effet, les utilisateurs de téléphoneriez mobile eu Europe et aux Etats-Unis signent des contrats de deux ans, ce qui pourrait être une option pour le CRTC. Cette option a été avancée lundi dernier, alors que d’autres personnes préféreraient des services à la carte ou des contrats plus courts.

Bref, les consommateurs canadiens espèrent avoir un meilleur accès à l’information relative à la téléphonie mobile.

Jessika-Kina Ouimet

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s